Les téléphones intelligents et les haut-parleurs à contrôle vocal ne constituent que la pointe de l’iceberg du phénomène des objets connectés. Dans le secteur manufacturier comme dans les services publics, des milliards de capteurs enregistrent des flux de données que les organisations peuvent exploiter afin d’optimiser leurs activités. Voici comment la plateforme Azure IoT de Microsoft aide ces organisations à tirer avantage de l’Internet des objets.

 

La transition vers l’Internet des objets (en anglais : « Internet of things », ou IoT) est en cours dans le secteur manufacturier. Selon Fourkane Irki, analyste de systèmes chez NOVIPRO, une approche connectée permet de maximiser la valeur des équipements industriels. « Nous obtenons un meilleur aperçu de ce qui se passe dans l’usine, estime-t-il. Cela nous permet de prédire les anomalies, de gérer la production à moindre coût et d’administrer les équipements à distance arrêter, redémarrer en cas de problème ou mettre à jour le logiciel interne (firmware). » Un avantage indéniable, surtout pour les entreprises qui doivent se débrouiller avec un personnel réduit en raison de l’actuelle crise sanitaire.

 

Les avantages d’Azure IoT pour une entreprise connectée

Pour être efficace, une approche connectée requiert la présence d’un large éventail d’appareils. La plateforme Azure IoT de Microsoft permet de connecter les appareils de différents fabricants et de gérer efficacement les mégadonnées produites par ceux-ci. « Azure IoT facilite l’intégration des capteurs et le contrôle à distance, tout en minimisant les erreurs, estime Fourkane Irki. Les infrastructures TI existantes des entreprises ne sont pas toujours en mesure de soutenir une aussi grande charge de travail. »

 

Azure IoT est une collection de services infonuagiques, facturés selon la quantité de données traitées. Il est aussi possible d’adopter une implantation locale, nommée Azure IoT Edge. « Cette solution s’adresse aux entreprises qui ont besoin de traiter leurs données en temps réel, sans latence, ou dont les règles de gouvernance interdisent le stockage d’information dans le nuage, explique Patrick Caron, directeur Solutions Industrie 4.0 et Analytique chez NOVIPRO. Si la fréquence d’ingestion des données est élevée (à la seconde, par exemple), la solution Azure IoT Edge pourrait être plus économique qu’héberger et analyser les données en mode infonuagique».

 

Le déploiement d’une solution Azure IoT

Du point de vue de l’entreprise utilisatrice, le déploiement d’Azure IoT implique des efforts qui varient selon les équipements à « connecter ». Il existe un vaste catalogue d’objets, relativement récents pour la plupart, dont la compatibilité est déjà assurée par des connecteurs logiciels préprogrammés. Pour les autres, il est possible de développer des connecteurs sur mesure à l’aide d’un kit de développement (SDK).

 

« Azure IoT propose des solutions qui ne requièrent que peu ou pas de code, dans plusieurs cas, dit Fourkane Irki, mais il faut tout de même prévoir un investissement humain et financier significatif. La question, c’est de savoir ce que l’on pourra économiser par la suite. »

 

L’écosystème Azure IoT inclut aussi une solution de cybersécurité intégrée, Azure Defender pour IoT, qui aide à avoir une visibilité complète sur les risques pour protéger les objets connectés et leurs données contre les diverses menaces et intrusions.

 

Des tableaux de bord personnalisés pour de multiples contextes d’affaires

Les frontières de l’Internet des objets dépassent largement celles du domaine manufacturier. Le produit Azure IoT Central permet le développement de tableaux de bord sur mesure pour gérer des objets connectés dans n’importe quel contexte. Des canevas existent pour certains domaines où la demande le justifie, dont la santé, la production d’énergie, les services publics et le commerce de détail.

 

On retrouve notamment des canevas pour gérer les inventaires, les flux de paiement en magasin, les compteurs d’électricité intelligents, la consommation et la qualité de l’eau, les soins aux patients après hospitalisation, etc.

 

Pour l’instant, ces canevas sont relativement rigides. Si une entreprise a des besoins particuliers, il faut développer un tableau de bord personnalisé à partir des outils d’Azure IoT Central. « On peut s’attendre à ce que la flexibilité augmente avec le temps, selon Patrick Caron, puisque l’objectif consiste à démocratiser l’accès aux données. »

 

Intégrer Azure IoT au processus de prise de décision

Les gestionnaires doivent aussi comprendre le rôle qu’Azure IoT est en mesure de jouer. « Il n’offre pas de produits d’analytiques self-service en tant que tels, dit Fourkane Irki. Pour interpréter en profondeur les données colligées, il faut faire appel à des produits d’intelligence artificielle et d’analyse de données dans Azure, qui doivent être utilisés par des scientifiques de données. »

 

L’apprentissage automatique, par exemple, peut alors intervenir pour soutenir la prise de décisions. « C’est l’analytique qui nous permet d’enquêter sur les événements du passé, explique Patrick Caron. Le tableau de bord nous indique que la production a été interrompue 20 % moins souvent cette semaine que la semaine dernière; la question à laquelle il faut répondre, c’est : pourquoi ? Une fois la cause et les facteurs influents identifiés, l’analytique prédictive permettra de prédire les anomalies afin d’améliorer les opérations et le processus de prise de décision. »

 

L’Internet des objets constitue ainsi l’évolution naturelle de procédés de contrôle auxquels les entreprises sont déjà habituées. « En industrie, il y a plus de 40 ans que nous générons des données, conclut Patrick Caron. Mais nous n’étions pas encore connectés pour collecter et analyser ces données de la façon la plus optimale possible. »

 

La technologie pour le faire arrive maintenant à maturité.