Les entreprises manufacturières doivent se transformer pour s’adapter à la quatrième révolution industrielle, mais il n’est pas nécessaire de tout changer, d’un seul coup. Dans bien des cas, pour commencer, moderniser ses TI compte parmi les projets les plus faciles à implanter.

L’industrie 4.0, version 2e génération

Robert Wiedemann et Steve Ellemo ont repris en 2015 les rênes de CPS Industries, une entreprise d’usinage fondée respectivement par leur père et beau-père en 1961. La PME de 80 employés se spécialise dans la production de pièces utilisées dans les domaines de l’aéronautique, des transports ferroviaires et de la défense.

Or, en devenant les nouveaux propriétaires, Robert et Steve ont hérité d’un défi de taille : assurer la pérennité de l’entreprise familiale dans un contexte qui carbure aux tendances que sont l’usine intelligente, l’Internet des objets, la robotique industrielle, les mégadonnées, soit les fondements de ce que l’on nomme l’industrie 4.0, un mouvement soutenu par le gouvernement du Québec, qui veut aider les PME du secteur manufacturier à s’adapter à un monde plus techno que jamais.

« Je pense que nous sommes plus au fait des nouvelles technologies que l’étaient nos parents, croit Robert Wiedemann. Cela faisait plusieurs années qu’on leur proposait de grandes modifications, mais ils y ont opposé beaucoup de résistance. Maintenant que c’est nous qui gérons, nous voulons mettre en place de nombreuses nouveautés pour améliorer notre rendement. »

Alors par où commencer ? Au lieu d’une modernisation en profondeur, qui aurait entraîné des investissements majeurs, Robert Wiedemann et son associé ont préféré y aller de projets ciblés, ayant un impact tangible.

CPS Industries a ainsi déposé auprès de MACH FAB 4.0 (une initiative d’Aéro Montréal) une proposition de projet visant à changer les serveurs de l’entreprise afin d’avoir la possibilité d’acquérir et d’installer des logiciels plus sophistiqués qui permettront d’augmenter la capacité de production de l’usine. Coût de l’opération : 65 000 $. « Comparativement aux équipements dans lesquels on investit habituellement, c’est un coût assez minime, indique Robert Wiedemann. Cela dit, on ira de l’avant même si on n’obtient pas l’aide gouvernementale, car c’est quelque chose qu’on doit faire. Les bénéfices devanceront de loin les investissements. »

La génération du changement

« La plupart des entreprises fondées il y a plus de 30 ans arrivent à un tournant. Les gens qui succèdent aux fondateurs sont plus à l’affût des avantages des nouvelles technologies », observe Pierre Tocci, conseiller principal aux transformations des TI chez NOVIPRO. En résumé, ils n’ont pas peur de plonger pour essayer des choses et sont assez jeunes pour prendre des risques, contrairement à un chef d’entreprise qui arrive en fin de carrière. « Pour ce dernier, le risque est moins tentant, poursuit Pierre Tocci. Sa vision du futur est complètement différente de celle d’un jeune entrepreneur. »

La quatrième révolution industrielle concerne un grand nombre de technologies à explorer, de l’infonuagique aux objets connectés. On peut rapidement avoir le vertige devant l’ampleur des changements à considérer. « Le beau côté de cette révolution, souligne toutefois Pierre Tocci, c’est qu’elle peut se faire progressivement, pas à pas. Le tout est d’investir judicieusement. »

C’est d’ailleurs le principe de base de l’industrie 4.0 : déterminer les cibles d’améliorations technologiques qui stimuleront directement la compétitivité de l’entreprise.

Ainsi, les infrastructures informatiques sont souvent désuètes dans les entreprises manufacturières québécoises ; les mettre à jour représentera dans bien des cas le premier geste à poser dans un processus de transformation numérique. « La modernisation des serveurs, c’est vraiment ce que nous appelons la base des TI, dit Pierre Tocci. C’est un changement simple, relativement peu coûteux, sans risque et qui ne nécessite pas de dépenses en formation. »

C’est aussi une façon réaliste et sensée d’amorcer ce virage numérique, au lieu d’adopter aveuglément la dernière technologie à la mode... et s’en mordre les doigts !

Lire l'article suivant de notre Dossier Transformation par les TI : Votre relève a-t-elle un penchant techno ?